L’assurance maladie pour étudiants

Les étudiants dépendent d’un régime d’assurance maladie particulier, spécialement adapté à leur situation. Les diverses législations nationales sont propres, et le système de santé et de sécurité sociale appliqués aux étudiants diffèrent d’un pays à un autre. Mais l’avantage procuré par l’Union Européenne est qu’ils disposent généralement, plus ou moins, de droits similaires dans tous les Etats membres. Dans cette optique, une carte européenne d’assurance maladie a même été créée et mis en place pour les étudiants partant étudier à l’étranger dans un autre pays Etat membre pour une durée limitée (souvent la carte est valable un an, soit deux semestres).

L’assurance maladie pour étudiants

L’assurance maladie des étudiants en Allemagne

Les étudiants en Allemagne sont automatiquement affiliés à l’assurance maladie obligatoire du régime de base légal. Bien souvent, ils sont dispensés de l’obligation d’affiliation et donc de payer les cotisations, car ils sont déjà assurés comme ayants droits auprès de l’assurance maladie obligatoire d’un des parents (jusqu’à l’âge de 25 ans) ou de leur conjoint, s’ils sont mariés. On parle dans ce cas de l’assurance maladie familiale ; sauf si le père et la mère sont tous les deux affiliés à une assurance maladie privé – le système de santé allemand différencie en effet entre l’assurance maladie Allemagne obligatoire légal et l’assurance maladie privée.

L’assurance maladie étudiante est, selon la loi allemande, possible jusqu’à l’âge de 30 ans (ou jusqu’au 14ème semestre du cursus universitaire). L’étudiant dispose d’une réduction des cotisations, adaptée à sa situation financière limitée. Ensuite, l’étudiant doit s’assurer volontairement, et peut choisir librement entre l’affiliation à l’assurance maladie obligatoire du régime légal ou à l’assurance maladie privée. Les tarifs appliqués sont les mêmes que pour les personnes exerçant une activité professionnelle. Le choix de l’assurance maladie (légale ou privée) dépend généralement de la future profession qu’il exercera une fois ses études universitaires achevées.
Toutefois, l’obligation de s’assurer à une caisse d’assurance maladie ne vaut pas pour les étudiants effectuant une formation ou un apprentissage au sein d’un établissement d’enseignement supérieur professionnel. Ils sont soumis à un régime d’assurance maladie légal, selon les mêmes conditions et tarifs en vigueur, comme des personnes exerçant une activité rémunérée. L’exception d’affiliation à l’assurance obligatoire légale vaut également pour les étudiants déjà assurés à une assurance maladie privée avant leur inscription à l’université.
etudiante

L’assurance maladie des étudiants en France

Les personnes étudiants dans un établissement de l’enseignement supérieur en France et âgées entre 16 et 28 ans, sont obligatoirement et automatiquement affiliées au régime général de la Sécurité sociale – sauf exceptions, définies par la loi.
La procédure d’affiliation n’est cependant pas la même pour chaque étudiant ; elle varie en effet selon leur situation personnelle, s’il est marié, s’il travaille parallèlement, s’il dépend toujours de ses parents etc.
Les étudiants qui ne sont pas soumis à l’obligation d’affiliation au régime légal sont par exemple les étudiants âgés entre 16 et 19 ans, qui sont déjà affiliés comme ayants droits au régime d’assurance maladie spécifique d’un parent (travailleur non salarié, militaire etc.), ou encore les étudiants déjà assurés à titre personnel en tant que salariés permanents.
Par ailleurs, les étudiants français peuvent également souscrire une complémentaire santé, dans le but de renforcer leur couverture sociale déjà octroyée par le régime de base obligatoire.
Ils ont le choix pour cela entre deux grandes mutuelles concurrentes, mises en place spécialement pour eux, et uniquement à leur intention : la LMDE (La Mutuelle Des Etudiants) ou la EmeVia (le réseau national des mutuelles étudiantes de proximité). Ce sont elles qui prennent en charge l’affiliation au régime de base obligatoire de la Sécurité sociale et qui gèrent les dossiers, dont notamment le versement des remboursements pour les frais de santé pris en charge par la Sécurité sociale, en plus de proposer différentes offres de mutuelles de complémentaire santé.
L’affiliation s’effectue le jour de l’inscription administrative à l’université, et les prestations de base garanties sont toutes celles attraits à l’assurance maladie et la maternité.

L’assurance maladie des étudiants en Suisse

Les étudiants inscrits au sein d’universités suisses sont aussi soumis au régime de l’assurance maladie fédérale, la LAMal, tout comme chaque personne possédant leur domicile fixe et permanent en Suisse et exerçant une activité lucrative. La souscription à une assurance de base est par conséquent obligatoire – sauf exceptions (fixées par la loi).
Ils sont toutefois libres de choisir auprès de quelle caisse d’assurance maladie suisse ils veulent s’affilier. Une liste des organismes d’assurance maladie, qui sont admis par le régime légal obligatoire, est disponible auprès de l’office fédéral de la santé publique (OFSP). Le but est de les informer sur leurs diverses possibilités et de les aider dans leur choix. De plus, l’assureur-maladie reconnu par l’OFSP est tenu d’accepter toutes les demandes qui lui sont faites, indépendamment de l’âge et de l’état de santé de l’étudiant, et ce, sans un délai d’attente.

etudiante

Les prestations de base de l’assurance maladie du régime légal obligatoire comprennent les soins en cas de maladie, d’accident et de maternité, et parfois certaines mesures préventives. Elles sont toutefois soumises à certaines conditions : les prestations prises en charge par l’assurance maladie obligatoire de base doivent être efficaces, appropriées et économiques. Sinon, l’assureur ne rembourse pas les frais occasionnés.
Toutes les caisses d’assurance maladie, pratiquant l’assurance obligatoire des soins de santé, offrent et garantissent les mêmes prestations de base. Elles sont en effet déterminées par la loi. Par conséquent, les étudiants en Suisse bénéficient des mêmes taux de remboursements pour un même catalogue de soins et de prestations de santé de base, peu importe quel assureur ils sélectionnent. Seul le montant des primes et des prestations en soi peut varier d’un assureur à un autre ; mais un droit de réduction des primes est possible, soumis à conditions.